J’ai fait du sport pendant 58 minutes et j’ai survécu.

(Du moins en partie)

« The Next Level 58’ ». Derrière ce nom mystérieux quoi que légèrement effrayant ne se cache pas le titre d’un prochain bouquin de SF mais celui d’un nouveau programme de training New-yorkais d’une durée de 58 minutes, bien décidé à chasser de nos cuisseaux français la cellulite accumulée à force de raclette.

               giphy-7

Séduite par le concept pseudo bobo et par le coach (ou devrais-je dire la femme blonde, grande, mince et musclée) qui l’a mis sur pied, c’est avec ma plus belle paire de baskets rose flashy et mon legging so bootylicious (ou pas) que je me suis laissée entraîner (dans tous les sens du terme) en ce froid samedi de décembre.

tumblr_ohimbgsbcl1si5tqro1_500

giphy-2

Habituée des salles de fitness low-cost (budget d’étudiant oblige), je suis restée sur les fesses (décidément trop moulées dans ce cycliste) quand j’ai découvert l’endroit dans lequel j’allais transpirer pendant une heure. Lorsque l’hôte m’a tendu une bouteille d’eau, je n’ai d’ailleurs pas saisi d’office qu’elle était gratuite et que je pourrais même la garder après le cours (si ça c’est pas de la chance).

Passage rapide aux vestiaires d’un blanc immaculé (bizarrement, rien à voir avec ceux du collège) avant de pénétrer dans le temple sacré du dépassement de soi, tout dans le noir plongé, les tapis au sol étant uniquement éclairés par des bougies parfumées. Ambiance intimiste de rigueur.

Nous ne sommes que 7 dans ce cours ultra privé où des filles se réunissent pour mieuxgiphy-1
souffrir se dépenser ensemble. Face à nous, mi-déesse mi-guerrière, la coach nous montre les mouvements à exécuter, symboles de nos futurs corps courbaturés muscles affûtés.

AB bikes, sit ups, squat, single leg hip raise, bridge, jump lunges, mountain climber, push up, commando… Des exercices aux noms terrifiants s’enchaînent, noyés dans le rythme de la playlist calculée à la seconde près. Les gémissements de douleur et les pleurs sont ainsi inaudibles.

giphy

Une petite séance de relaxation (non, le calvaire n’est pas encore fini) et on reprend. giphy-4«Vous pouvez atteindre tous les buts si vous vous donnez les moyens» nous crie la déesse qui ressemble de plus en plus à un tyran. Mon cœur et mes poumons vont lâcher à coup sûr. Quant à mon estomac, il risque de rendre mon petit déjeuner (et la pizza quattro formaggi de la veille, ainsi que les quelques bières qui l’accompagnaient).

14h58. La souffrance est finie. J’aimerai vous dire que je suis encore fraîche comme un gardon mais ce serait mentir. Je vais plutôt rentrer chez moi dormir, sans penser aux courbatures lancinantes de demain matin.

Au moins j’ai gagné une bouteille d’eau et le droit de manger une autre pizza.

giphy-3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s