“Whitewashing” : le nouveau visage d’Hollywood

Alors que le public français accueille généralement à bras ouverts des films polémiques comme Un Prophète, le public américain vit depuis (trop) longtemps sous le joug d’un politiquement correct rampant. Véritable gangrène culturelle, il a depuis environ dix ans pris un visage pour le moins sournois, celui du « whitewashing ».  

Qu’il s’agisse du cockney Christian Bale interprétant Moïse dans Exodus, de Johnny Depp grimé en amérindien dans Lone Ranger ou d’Emma Stone jouant une sino-hawaïenne dans Aloha, voir un acteur blanc jouer un personnage de couleur est apparemment devenu aujourd’hui un des sujets de discorde les plus courants à Hollywood. Mais qu’en est-il du public ? Sommes-nous tous sorti d’Exodus déçus parce que l’héritier du trône d’Egypte était blanc ou parce que le film était incroyablement mauvais ? Et la question à un million : le « on espère seul film oubliable » de la filmographie de Ridley Scott était-il mauvais parce que son casting n’avait aucun sens, ou peut-on trouver d’autres raisons pour expliquer cet échec ?

canva
Hollywood, toujours plus blanc

Le fait est que tant qu’un acteur est bon, ni sa couleur de peau ni sa supposée religion – un petit clin d’œil aux directeurs de casting ayant une forte propension à ne caster que des acteurs d’origine arabe pour jouer des terroristes – ne devrait entrer en ligne de compte dans l’appréciation de sa performance. Et pourtant, combien d’articles ont crié à l’infamie lorsque la très plantureuse, très blonde, et surtout très blanche Scarlett Johanson a été castée dans le rôle principal de l’adaptation du manga néo-noir Ghost in the Shell l’année dernière ? Quelle ne fut pas la surprise de tous ces critiques amers quand la bande-annonce sortie il y a un mois s’est avérée plus qu’alléchante ! Quand on pense que même les éditeurs de la bande-dessinée originale étaient ravis de ce choix…

Plus ce genre de polémiques se multiplie plus il semble clair que l’Oncle Sam n’a de toute évidence pas fait le deuil de la ségrégation et demeure d’une sensibilité frisant parfois le ridicule sur les questions de couleurs de peau et de religions. Il est vrai que l’on pourrait très facilement tomber dans la dénonciation facile d’un public gangréné par une logique twittosphérique du scandale et de la polémique à outrance. Cela n’a jamais été mieux représenté que lors de la récente controverse autour de la dernière adaptation de Power Rangers. Faisant fi d’un casting au combien multiculturel, les fans se sont focalisés sur une alien, la maléfique Rita Repulsa, précédemment interprétée par des actrices japonaises et désormais jouée par Elizabeth Banks. Toutefois, Hollywood a aussi son lot de casseroles et il serait hypocrite d’ignorer le racisme intrinsèque à cette gargantuesque usine à stars et nier que le « whitewashing » est une habitude dont les auteurs ont du mal à se défaire.

Mais le véritable problème de ce phénomène qu’on appelle plus largement le « racebending« , est son absence totale de logique. Tel un serpent qui se mord la queue, Hollywood craint tellement de se faire accuser de racisme qu’il en vient à faire dans l’excès inverse et à forcer une mixité raciale dans des films dont les scénarios ne la justifie nullement. Quel besoin y avait-il d’engager un acteur noir pour jouer la Torche – devenu de ce fait non plus le frère mais le demi-frère de la Femme Invisible – dans le reboot des Quatre Fantastiques, si ce n’est pour se prémunir de critiques quant à un casting entièrement blanc ? Tous ces choix respirent l’artificialité la plus grotesque et révèlent à n’en pas douter le triste visage d’Hollywood, et plus largement, celui d’une Amérique en conflit avec son propre reflet, telle un Dorian Gray des temps modernes.

gray

Marie Leroux et Jessica Saval

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s