« Caricature », l’argument vide de la critique cinéma

Copyright Universum Film : Wilson Webb : Bleecker Street.jpg

Copyright Bleecker Street Films (source AlloCiné)

Souvent lorsqu’un film un tant soit peu contestataire sort au cinéma, le même scénario se répète. Certains journalistes se trouvent intelligents de centrer toute leur analyse sur la dimension politique du scénario. Ils le réduisent, avec une sévérité très inspirée, à un pur produit militant ou à une œuvre inachevée incarnant la mollesse d’esprit de son réalisateur.

     « La leçon a été reçue qui donne lieu à un épilogue bon enfant où chacun y trouve son compte sans perturber l’ordre établi. (…) Captain Fantastic n’a pour proposition qu’une utopie light pour babas cool « intégrés » dont l’acte de résistance consiste à se déplacer en vélo et à manger bio. »

Pour Guillaume Guguen, critique de France 24, le film Captain Fantastic sorti au cinéma en octobre 2016, n’est ni plus ni moins qu’une caricature qui ne prend pas parti, qu’une bluette écologique teintée d’un dangereux radicalisme. Ce même Guillaume Guguen jugeait le dernier film de Ken Loach trop politique, au point de le considérer comme le film d’un militant et non celui d’un réalisateur. Mais que veux-tu, Guillaume et où sont tes bons arguments ? Quelle absurdité de croire qu’un film engagé n’est que le prolongement de la pensée de son réalisateur auquel le spectateur serait contraint d’adhérer ! Evidemment qu’un cinéaste est capable de prendre du recul et de nous amener sur le terrain de la réflexion personnelle.

Captain Fantastic, road movie familial, narre l’histoire d’un père de famille anticapitaliste et de ses six enfants décidés à quitter l’autarcie idyllique d’une forêt qui les coupe des vices de la société américaine. Le film questionne : il met en compétition les fondements éducationnels américains et la critique farouche d’un papa contre ces derniers. Un vaste programme traité avec légèreté grâce à un scénario peu alambiqué et une mise en scène délicate et joyeuse qui nous tient jusqu’au bout en haleine.

Alors, oui, gentil ou simpliste le film l’est sans doute : références philosophiques maladroites, idolâtrie légère mais quelque peu ridicule pour Noam Chomsky, positions politiques radicales vulgaires et has been… Le compte y est. Mais pourquoi ne pas renverser ce constat et profiter de la douceur de cette comédie pour puiser pleinement dans ce qu’elle propose ? Puisque l’intelligence du film réside justement dans son absence de solutions toutes faites, préférant soulever d’intéressantes  problématiques. Notre tâche en tant que spectateur ? Tenter de les formuler et de perpétuer le cycle de réflexion ouvert par le Captain. La tâche du journaliste critique ? Permettre au spectateur de se fonder sa propre opinion et cesser de prendre son avis personnel pour argent comptant ! Car ce qu’il y a de beau dans le cinéma, c’est sa capacité à provoquer des réactions émotionnelles et/ou des réflexions plus larges sur un sujet. C’est qu’il donne à comprendre, à penser, à ressentir. C’est qu’il peut être un vecteur même imparfait de questionnements plus larges et provoquer une conscience sociale sans que l’on ait besoin de nous tenir la bouche pour ingurgiter.

giphy.gif
GIPHY

Pour aller plus loin et réfléchir à ce que doit rester la critique de cinema :

L’article de Jean-Michel Frodon, « A quoi sert la critique de cinéma? » sur Slate.fr

L’interview toujours d’actualité de Stéphane Ledien, directeur de la publication et co-rédacteur en chef de la revue de cinéma Versus, par Acrimed 

Adrien Pontet & Juliette Savard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s