Jeu vidéo, la pire menace depuis Daesh

violent-video-games-poll

Les visages sont floutés, les voix altérées ; le narrateur prend un ton grave, inquiet sur fond de musique aux sonorités angoissantes. Autant d’avertissements qui font croître la tension et incitent le spectateur à se tenir sur le bout de son siège. Il faut se tenir prêt, prêt à être plongé dans l’univers de l’une des subcultures les plus dangereuses, nocives de notre société. Nous voilà confrontés à une imposante manifestation d’une communauté aux activités violentes, subversives et misogynes. Après sa terrifiante incursion dans le monde de Daesh, le dernier documentaire de Jérôme Fritel expose au grand public les effroyables pratiques des joueurs de jeux vidéos. Voilà de quoi donner froid dans le dos.jimshivers

Violence, dépendance, décrochage scolaire, tueries de masse, le jeu vidéo est à l’origine des pires maux de notre société. Drogues, alcool, Playstation, même combat, déclare Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France au micro de Marc Fauvelle en avril dernier.

Comme beaucoup de journalistes et de personnalités politiques, Jérôme Fritel tient un discours archaïque et alarmiste sur l’un des produits culturels le plus répandu. Pesant à lui seul plus que les industries du cinéma et de la musique combinées, le jeu vidéo perdure péniblement dans sa quête pour la légitimité culturelle. Véritable paria, il est la cible d’attaques constantes de la part des médias et politiques, allant du vulgaire stéréotype moqueur aux accusations les plus graves. 

La stigmatisation du jeu vidéo en 2016 attriste. Elle attriste parce qu’elle montre qu’après toutes ces années, les journalistes refusent toujours de faire leur travail lorsqu’ils traitent d’une pratique qui touche 75 % des français. Jérôme Fritel consacre près de la moitié de son documentaire à parler de jeux mobiles, Candy Crush et Angry Birds. Autant parler de littérature en analysant des blagues Carambar. Ces discours au mieux désinformés, au pire intellectuellement malhonnêtes entretiennent une diabolisation calomnieuse et injustifiée du jeu vidéo. Quel dommage de priver ainsi tout un public d’une pratique culturelle riche, et d’un médium au potentiel sans cesse renouvelé.

Aura-t-on un jour le droit à un documentaire juste et respectueux du jeu vidéo de la part des grands médias traditionnels ?

ellie

Emilien Maubant

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s