Grosse bouffe, petit selfie

Adieux veaux, vaches et cochons, bonjour gras selfies et comptes instagram à la panse bien pleine !

Publicités

Il faut avouer que notre instinct de chasseur-cueilleur s’est pris un sacré coup. Adieu veaux, vaches et cochons : maintenant que le net est devenu un vaste festin, nul besoin d’aller traquer le gibier. Ce sont les images que l’on chasse, et les like que l’on récolte.

201409121807-full

Ainsi fonctionne la chaîne instagramentaire : armé du hashtag #Foodporn, le foodista, à l’affût traque le plus architectural des cupcakes, braconne la plus dégoulinante des quatre-fromages, et décoche ici et là un like qui cautionne son exhibition. Contraction de « food » et de « pornography », ce hashtag est en effet l’un des plus populaires sur la toile. Pas moins d’un million de #Foodporn se balade sur Instagram entre de colossaux cheeseburgers et une énième gaufre croulante sous la chantilly.

14639791_1227861400586251_6446212140313002538_n

Portant, si le Foodporn désigne à l’origine une mise en scène de son gueuleton le plus gras, on dirait bien que le net tout entier est devenu une vitrine de bouffe, et le terme « foodporn » s’est étendu à tout ce qui touche, de près ou de loin à la nourriture. Un ami qui twitte depuis le resto, l’affriolant prospectus Picard, les publicités dans le métro : tout est photographié, retouché, exhibé. L’eau à la bouche et le twitt à la main, le voyeurisme n’a plus de limites : on peut désormais manger avec les yeux à toute heure du jour ou de la nuit, et mieux encore, faire le tour du monde des saveurs depuis son canapé.

dd

Mais alors, qu’est-ce que c’est que cette tendance bizarre qui fait refroidir les plats dans l’assiette et grincer des dents celui qui patiente, face à vous, au restaurant ?

spa

Peut-être le Foodporn fait-il appel à notre instinct de voyeur. Il instaure peut-être une nouvelle forme de pornographie. Lorgner les courbes généreuses de cette mozzarella. Un sexo-trip fantastique sur ce gâteau à triple étage qui vous fait de l’œil derrière l’écran ?

Peut-être les foodistas sont-ils des amateurs de peinture classique. Désemparés par l’extinction de la nature morte, ils exhibent alors en gros plan photographique ce qui finira dans leur estomac. La Raie de Chardin, Les asperges de Manet sont peut-être les aïeux de vos frites exhibées sur la toile. Oui, c’est bien cela : les foodistas ne sont au fond ni des gourmands, ni des pornographes. Ce sont des esthètes.

1002747-pieter_claesz_nature_morte

342231_natyurmort_chipsy_kolbasa_pivo_pomidor_nozh_gazeta_2560x1600_www-gde-fon-com

03-009998

Floris Van Schooten © RMN-Grand Palais / Franck Raux

creative_wallpaper_turtle_in_the_form_of_hamburger_103027_

Les 14 cadeaux les plus improbables (mais véridiques) reçus à Noël

En image, les 14 cadeaux les plus WTF reçus pour Noël.

Du manque d’inspiration naît parfois une créativité débordante. La preuve en est avec Noël. Un livre, une montre, un parfum ? So boring ! Dans certaines familles, les paquets au pied du sapin se révèlent beaucoup plus….fantaisistes. Découvrez en image les cadeaux les plus WTF reçus pour Noël. Attention, tout est vrai.

  • Des chaussons thermo-relaxants « à l’avoine et à la lavande »

31-s2-006w_1

Parce que « l’hiver est dur » et qu’on a tous « un petit côté bien-être », l’idée cadeau est évidente (comment ne pas y penser) : des chaussons qui chauffent au micro-onde et qui sentent l’avoine et la lavande. Selon ma tante, « c’est original » et « ça tient chaud, hein !« 

  • Des mouchoirs en papier avec un design « drapeaux de l’Angleterre

paquet-de-mouchoirs-en-papier-union-jack

Parce que ma grand-mère, qui sèche toujours devant ce vide intersidéral à combler sous le sapin, « a trouvé ça mignon » : un pack « 15 paquets de mouchoirs » avec motif spécial rouge et bleu. En prime, les slogans « God save the Queen » et « I love London ». Quand vient le petit rhume post-Noël : thank you grand’ma !

  • Une poubelle

poubelle-infinity-3-litres-satin-rouge

C’est vrai qu’il existe des modèles plutôt funky. Cf. « Satin rouge ». Mais retenez la leçon post-Noël numéro 2965934 : ne pas emménager juste avant Noël. (Option dérivée : les torchons, la bouilloire, le grille-pain…etc).

  • Le coffret cadeau DVD Napoléon « la grande épopée »

shopping

« Napoléon, de l’ascension à la chute » au cas où l’ennui pointerait son nez après les fêtes et où vous décideriez d’acheter une télé pour inaugurer en grande pompe ce cadeau.

  • Une râpe pour les pieds

rp005Pour profiter en douceur des chaussons thermo-relaxant reçus l’année précédente, vient ensuite la râpe pour les pieds. En souscrivant à l’option BEST FAMILY, vous pourrez aussi recevoir la crème exfoliante.

  • Une boîte de Pilchard « à la tomate et à l’huile végétale »

front_fr-13-full

Après les années crème de marron, la tentative pâte à tartiner Leader-Price et – nette amélioration ! – les Noël Ferrero Rocher, grand-mère a décidé d’innover. Un vent maritime de modernité souffle sur Noël.

  • Une maryse.

spatule-maryse-en-inox-tp_4245310267213635555f

Une maryse, c’est une cuiller en silicone qui racle la pâte des gâteaux. Surnommée la « cuillère lèche-tout« , elle est un véritable cauchemar pour les enfants parce qu’elle ne laisse rien de la pâte a gâteaux. En cadeau pour Noël, c’est « parce que tu aimes bien cuisiner ».

  • Un petit livre sur les dieux grecs « 8 ans et + »

946870481

Parce que tu as fait des études supérieurs en lettres classiques option hardcore, ton petit penchant pour la Grèce antique n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd ! Sous le sapin, (par Zeus !) un ABC des dieux grecs pour les enfants. Qui est Hercule ? Qui est Athéna ? Te voilà désormais incollable, plus besoin d’aller en cours.

  • Une mini poêle pour faire cuire un œuf sur le plat

mini-poele-diametre-12-cm

Quelques années après la maryse, le fouet, la louche et le moule à flans, mon attirail culinaire s’est vu compléter par une « mini-poêle » pour faire cuire UN œuf-sur-le-plat. 12cm de diamètre, 12 cm de pur génie !

  • Le CD d’Anastacia

514w42yj03l

Parmi les invendus de La Fnac se cachent quelques merveilles « à prix réduit », parfaits pour offrir. Anastacia, chouette pour les voyages en voiture et pour les blind-test années 2000. PS : Sick & tired demeure le meilleur titre de toute sa « carrière.

  • Un stylo

votre-stylo-bille-a-personnaliser-bleu

Tout le monde n’a pas la chance de recevoir une année sur deux un nouveau stylo, parce que « quand on fait des études littéraires, on aime forcément écrire !« 

  • Un guide complet sur « le jogging »

courir-jogging-et-course-a-pied

Un message subliminal ? Une volonté de révolutionner la vie des individus non-sportifs ? Voici un merveilleux bouquin pour apprendre à maîtriser son souffle, courir en pente, accélérer, gérer son asthme….bref, il est resté bien au chaud dans la bibliothèque entre un livre de recettes et des carnets de voyage.

  • Un CD « le chant des baleines »

le-chant-des-baleines

Pour accompagner les moments de douceur passés avec mes chaussons et alterner avec la voix grave Anastacia, le chant des baleines s’impose. De « la baleine et son petit » à « la sirène et la baleine », un moment de relaxation pure.

  • Un dentier-décapsuleur

decapsuleur-dentier

Le meilleur pour la fin ! Devenu une star incontestable de toutes les soirées, il sert manifestement plus souvent que l’intégrale Napoléon. Assurément un des meilleurs cadeaux jamais reçu. 

Affaire à suivre…

-Par Camille Poirier  (24 Noël passés et toujours plus de surprises à venir)-

J’ai fait du sport pendant 58 minutes et j’ai survécu.

(Du moins en partie)

« The Next Level 58’ ». Derrière ce nom mystérieux quoi que légèrement effrayant ne se cache pas le titre d’un prochain bouquin de SF mais celui d’un nouveau programme de training New-yorkais d’une durée de 58 minutes, bien décidé à chasser de nos cuisseaux français la cellulite accumulée à force de raclette.

               giphy-7

Séduite par le concept pseudo bobo et par le coach (ou devrais-je dire la femme blonde, grande, mince et musclée) qui l’a mis sur pied, c’est avec ma plus belle paire de baskets rose flashy et mon legging so bootylicious (ou pas) que je me suis laissée entraîner (dans tous les sens du terme) en ce froid samedi de décembre.

tumblr_ohimbgsbcl1si5tqro1_500

giphy-2

Habituée des salles de fitness low-cost (budget d’étudiant oblige), je suis restée sur les fesses (décidément trop moulées dans ce cycliste) quand j’ai découvert l’endroit dans lequel j’allais transpirer pendant une heure. Lorsque l’hôte m’a tendu une bouteille d’eau, je n’ai d’ailleurs pas saisi d’office qu’elle était gratuite et que je pourrais même la garder après le cours (si ça c’est pas de la chance).

Passage rapide aux vestiaires d’un blanc immaculé (bizarrement, rien à voir avec ceux du collège) avant de pénétrer dans le temple sacré du dépassement de soi, tout dans le noir plongé, les tapis au sol étant uniquement éclairés par des bougies parfumées. Ambiance intimiste de rigueur.

Nous ne sommes que 7 dans ce cours ultra privé où des filles se réunissent pour mieuxgiphy-1
souffrir se dépenser ensemble. Face à nous, mi-déesse mi-guerrière, la coach nous montre les mouvements à exécuter, symboles de nos futurs corps courbaturés muscles affûtés.

AB bikes, sit ups, squat, single leg hip raise, bridge, jump lunges, mountain climber, push up, commando… Des exercices aux noms terrifiants s’enchaînent, noyés dans le rythme de la playlist calculée à la seconde près. Les gémissements de douleur et les pleurs sont ainsi inaudibles.

giphy

Une petite séance de relaxation (non, le calvaire n’est pas encore fini) et on reprend. giphy-4«Vous pouvez atteindre tous les buts si vous vous donnez les moyens» nous crie la déesse qui ressemble de plus en plus à un tyran. Mon cœur et mes poumons vont lâcher à coup sûr. Quant à mon estomac, il risque de rendre mon petit déjeuner (et la pizza quattro formaggi de la veille, ainsi que les quelques bières qui l’accompagnaient).

14h58. La souffrance est finie. J’aimerai vous dire que je suis encore fraîche comme un gardon mais ce serait mentir. Je vais plutôt rentrer chez moi dormir, sans penser aux courbatures lancinantes de demain matin.

Au moins j’ai gagné une bouteille d’eau et le droit de manger une autre pizza.

giphy-3

2017 : Les 10 tendances qu’on ne suivra pas (même pour 1 million de dollars baby)

  1. Le PNL hair

unnamed

Plus qu’une histoire de rap ou de MST, dans l’imaginaire collectif, SCH et PNL renvoient à une histoire de veuch (verlan de cheveux pour les ignares). Elle est loin l’époque des coupes furets et militaires façon footballeurs, le bad boy d’aujourd’hui se fait des brushings et il en est fier. Alors bye bye Anna Wintour ! Même si ta coupe n’est pas sans rappeler celle de nos confrères virils, en termes de personnalité influente, tu t’es fait doubler. Mais nous, même pour 1 million de dollars baby, on n’adoptera pas ça. Nahaaa …

unnamed

2. Les chevilles fragiles

basket-ho

-26° en antarctique parisien et on voit fleurir les pantalons retroussés sur toute la blogosphère. Mais qu’est-ce que c’est que ça ? Le Championnat de la grippe saisonnière ? La traversée du Lac Rose ? Non, juste la mode. Cachez-moi ces chevilles que je ne saurai voir et ménagez votre santé pardi !

3. Les faux cheveux blancs

blanc

« Let it go » voilà ce que l’on a envie de dire à cette foutue Reine des neiges ! Impossible de prononcer les mots « libéré » ou « délivré » sans entendre le prélude niaiseux du piano Disney. Mais ce n’est pas tout ! Si les petites filles de huit ans soudoient leurs parents pour se pavaner dans un costume d’Elsa à 80€, les filles qui en ont quinze de plus se teignent désormais les cheveux en blancs ! Et même si c’est joli, quand on sait qu’on passera sûrement cinquante ans de notre vie à vouloir dissimuler les vrais, on se dit que les cheveux couleurs neige, finalement, on peut attendre pour les avoir.

giphy.gif

4. Les UGG

Chaque année, on espère que la malédiction va s’arrêter. Pourtant, elles perdurent, par-delà les âges, par-delà les frontières … Les UGG mesdames et messieurs ! Infinies, informes, infâmes, les Inuits ont de quoi se retourner dans leur igloo.

pff

5. JUL

Julien Marie pour les intimes, « Djoule » pour les connaisseurs, JUL est le « rappeur » marseillais de l’année 2016 dont on n’a pas le droit de se moquer ! Car rappelons-le, il s’est fait tout seul (même si l’on est intimement persuadé que le vocodeur l’a bien aidé). Romantique dans l’âme, le « rappeur » qui nous susurrait à l’oreille : « te déshabille pas j’vais t’violer » se transforme en canard inoffensif sur son dernier album OVNI, presque aussi mims que la B.O d’Aladdin. Mais à nous, on nous la fait pas !

6. La licorne mania

Les chaussons licornes, les bijoux licornes, la combinaison licorne, les cheveux licornes, le vomi licorne, le caca licorne : c’est grave docteur ? En 2017, les derniers licornophiles seront priés d’aller consulter, merci.

fluffy

7. Les filtres

chien.gif

On ose croire que 2017 signera le divorce entre les filtres snapchat et les selfies qui se veulent sexy. Car personne n’est vraiment sexy avec un museau de chien et les oreilles de Télé Z. Et puis franchement, à quoi elle sert cette couronne de fleurs si ce n’est à nous rappeler que sans, on est moches ?

8. Le healthy mood

super-woman

Non, nous n’avons pas envie de manger des flocons d’avoine au petit-déjeuner et des graines de tournesol le midi. Nous ne téléchargerons pas cette appli qui compte nos pas et nous n’achèterons pas ces écouteurs bluetooth qui prennent notre pouls car on s’en fout, on ne courra pas.

9. Les trous

En 2017, on aimerait pouvoir acheter des jeans, pas des trous de mites auréolés de particules de denim.

jean

10. Les Stan Smith vertes

85b0de82-9a8c-480a-a4f9-7dc77d3da1a4

Halte à l’attaque des clones ! Maintenant que 90% de la planète les possède, on va peut-être cesser d’acheter ce modèle-là …

Mossane Sarr

Un artiste italien crée des objets avec de la bouse de vache

Le design de merde, on en avait déjà vu… Mais le design avec de la vraie merde, on avoue on a été surpris, et pourtant c’est très sérieux. C’est l’idée hyper ingénieuse et surtout écologique d’un agriculteur italien, Gianantonio Locatelli, qui tient une exploitation laitière dans la région de Plaisance, au sud de Milan. Il s’est transformé en véritable artiste en décidant de faire des objets avec la bouse de ses vaches.

 

giphy

En fait, Ginantonio ne savait pas trop quoi faire des 150 tonnes de bouse qui sortent de ses 3 500 vaches (qui produisent le lait du parmesan grana padano)… Il a d’abord commencé par les transformer en électricité avec un processus de méthanisation. Mais il lui restait des tonnes de bouse séchée sur les bras… Alors il a eu la super idée d’en faire des meubles et des objets. Merdacotta était née.

shit-museum-museo-della-merda-massimo-torrigiani-primordial-products-design-milan-2016_dezeen_1568_2

Pichets, bols, assiettes, pots de fleurs, carrelage, vases, gros cubes… La Merdacotta (jeu de mots avec terracotta…) est mélangée avec plein d’autres trucs comme de l’argile. Tout ça est cristallisé afin de rendre la matière saine pour pouvoir manger dedans… Les objets sont vernis et cuits à 1 000 °C donc aucune bactérie ne résiste.

19b4118henrikblomqvist-550x334

La collection a été présentée au dernier très chic Salon du meuble de Milan. Et notre agriculteur italien a aussi créé un «Musée de la merde», installé au premier étage de sa ferme.

160412_eye_merdacotta3-jpg-crop-original-original

shit-museum-museo-della-merda-massimo-torrigiani-primordial-products-design-exhibition-milan-2016-henrik-blomqvist_dezeen_1568_0

shit-museum-museo-della-merda-massimo-torrigiani-primordial-products-design-milan-2016_dezeen_1568_1

Alors, manger dans une assiette faite avec de la bouse de vache, marrant ou chelou? Franchement on est perdus. Mais si ce «design de merde» vous tente, vous pouvez même acheter votre «vase merde» ou votre «pot de fleurs merde» en ligne sur Wallpaper Store.

Pour une réhabilitation du pull moche en 2017

2016 touche bientôt à sa fin et, on ne va pas se mentir, ça a été une bonne grosse année de merde. Entre les guerres interminables, la Méditerranée en passe de devenir la mer où l’on pêche plus de cadavres que de poissons et l’élection d’un serial-tweeter à méchasse à la Maison Blanche, j’ai légèrement perdu foi en l’humanité. Je vous aurais bien dit « essayons de trouver un peu de réconfort dans la culture et les joyeux divertissements » mais la véritable hécatombe qui sévit depuis le début de l’année chez les artistes (attention, 2016 c’est pas fini) et l’omniprésence de « Baba » dans le tube cathodique ne sont pas des plus réjouissantes.

xanax

Bref, on nous avait vendu 2016 comme « l’année de la baise » mais visiblement il y a eu un petit problème sur la marchandise. Alors à défaut d’obtenir un quelconque remboursement ou retour sur investissement à la fois physique et psychique, j’ai décidé d’employer les quelques jours qui me séparent de la nouvelle année à la défense d’une cause personnelle qui m’est chère: la réhabilitation du pull moche. Du pull de Noël bien kitschouille à la star du dressing de maman dans les 1980’s, petit florilège des raisons pour lesquelles 2017 sera l’année du retour du « ugly sweater ».

1. C’est pas cher et écolo

Autant se le dire tout de suite les vrais-faux pulls moches vendus sur Asos et consorts, c’est de l’arnaque. Le vrai pull moche se trouve en friperie, et pour moins de 10€. De quoi ravir les adeptes de la décroissance et tenir son banquier éloigné.

pull-noel

2. C’est la grande tendance du « hygge »

Le hygge (à prononcer « hu-gueu »), c’est la recette du bonheur made in Danemark dont tout le monde parle. Alors on va se calmer tout de suite, les danois n’ont pas inventé le fil à couper le beurre. Profiter de l’instant présent avec ses potes autour du feu avec un chocolat chaud n’a rien de révolutionnaire (et ça marche aussi avec une Goudale de Noël), mais cela reste l’excuse parfaite pour ressortir un gros pull bien moche ultra cosy.

http://mouhtains.tumblr.com/post/154127977399/face-buried-in-a-mug-frost-covering-the-windows/embed

3. C’est le retour de Twin Peaks

« See you in 25 years » avait déclaré Laura Palmer à Dale Cooper. Preuve en est que David Lynch tient ses promesses puisque 2017 est l’année du grand retour de notre Special Agent préféré et de… Lucy – la secrétaire la plus cool du monde – et de ses pulls au goût parfois douteux.

twin-peaks

4. C’est bientôt Noël

Qui aurait besoin d’une meilleure excuse, sérieusement ? Noël est LA saison par excellence du pull moche totalement assumé. Grelots, empiècements en relief, imprimés WTF… ON OSE TOUT, peu importe son âge ou sa profession. Le pull de Noël rapproche, fédère, la preuve en image.

decouvrez-kate-will-harry-et-la-reine-en-pull-de-noel
© Madame Tussauds / Instagram

 

5. C’est un acte de résistance

Le pull moche des années 1980 a rapidement été dressé comme étendard du hipster et autres bobos, qui s’attirent souvent les foudres de l’opinion publique. Mais comme dirait la talentueuse Solange Te Parle, « Je suis bobo et je vous emmerde ».  Il est grand temps de mettre un terme au bobo bashing ambiant en assumant pleinement son amour pour le réseau Biocoop et le cinéma de Xavier Dolan qui offre, parfois, des orgies de mailles aussi farfelues que jouissives. 2017 sera l’année du pull moche ou ne sera pas.

Inès Boittiaux

Nos 9 conseils pour survivre à votre année d’échange au Québec.

article-buzzfeedChaque année, c’est près de 10 000 jeunes Français qui partent « se trouver » pendant plusieurs mois au Canada,  et plus principalement au Québec. Oui parce que partir à l’étranger, c’est bien, mais il ne faudrait pas que ce soit trop dépaysant quand même, surtout au niveau de la langue. Voici nos conseils pour survivre et bien vivre dans l’un des pays les plus chill du globe.

1. Montreal is where it’s at

Bien que les autres villes du Québec aient leur charme (sauf pour ce qui est de Trois-Rivières, les Trifluviens sont étranges), si la vie étudiante vous intéresse, Montreal is the place to be. Loyers, concerts, restaurants, bars, tout y est très accessible !

scene-from-igloofest-2014-credit-miguel-legault
Igloofest à Montréal. Température : -25°

2. Évitez Le Plateau, évitez les Français

N’hésitez pas à changer de quartier ! Le Plateau, c’est un super quartier, mais vous n’y croiserez que des Français cherchant à reproduire leur petit mode de vie franchouillard. On vous conseille plutôt le Mile End ou Griffintown.

3. Soyez aimables

ezgif-com-6c76231b09
Un bus montréalais, après l’annuelle tombée de gel

Au Québec, la politesse et la courtoisie envers les inconnus sont attendues dans tous les lieux publics. Alors oui, ici on fait la queue pour prendre le bus. On n’est pas des sauvages !

4. « T’as-tu-fini de chialer » ?

Chialeux : jargon québécois. Désigne une personne qui rouspète, se plaint sans arrêt.

Contrairement à ce qui se fait en France, râler à longueur de journée ne vous donnera pas « un esprit critique ». C’est très mal vu et personne n’aura envie de chiller avec vous. Laissez le cynisme et les mauvaises vibes à Paris !

5. N’essayez pas de prendre l’accent

Évitez les blagues sur l’accent, vous en aurez assez à votre retour. Et puis c’est franchement irrespectueux. N’hésitez pas à apprendre quelques termes par contre ! On vous promet que le « ight » montréalais trouvera vite sa place dans votre vocabulaire (et votre cœur).

6. L’hiver est rude

ezgif-com-3ab601b449
Cool Runnings. Walt Disney Pictures.

Il peut faire froid, genre, vraiment froid. Froid au point d’avoir le liquide synovial qui gèle et de rendre la marche difficile. Équipez-vous ! L’été est tout aussi extrême. On constate près de 80 degrés d’écart entre les deux saisons ! Quand les orages frappent, sortez en sous-vêtements pour profiter de la douche !

7. La ville souterraine n’existe pas

Pourtant mentionnée dans tous les guides touristiques, la ville souterraine de Montréal est un mythe et n’existe tout simplement pas. L’origine de la légende élude encore à ce jour les plus grands historiens. Chaque année, c’est une moyenne de 23 Français qui disparaissent dans cette quête frénétique. Allez plutôt faire un tour au Mont-Royal ! Ou à Laval, pour les plus aventureux d’entre vous.

8. Poutine is the new Kebab

poutine
La poutine dans toute sa décadence

Fini le kebab des petites heures pour éponger l’alcool. Ici c’est le règne de la poutine ! Rendez-vous à La Banquise 24/7 pour déguster ce délicieux mélange de frites, sauce gravy et fromage en crottes. Hangover, denied !

9. Nature is your friend

Le Québec est grand et magnifique. N’hésitez pas à quitter la ville le temps d’un weekend, les forêts et montagnes ne sont qu’à 45 minutes de voiture ! Mention spéciale pour les parcs nationaux, véritables bijoux du pays. Et comme on dit, ce qui se passe au chalet, reste au chalet.

Emilien Maubant