2017 : Les 10 tendances qu’on ne suivra pas (même pour 1 million de dollars baby)

  1. Le PNL hair

unnamed

Plus qu’une histoire de rap ou de MST, dans l’imaginaire collectif, SCH et PNL renvoient à une histoire de veuch (verlan de cheveux pour les ignares). Elle est loin l’époque des coupes furets et militaires façon footballeurs, le bad boy d’aujourd’hui se fait des brushings et il en est fier. Alors bye bye Anna Wintour ! Même si ta coupe n’est pas sans rappeler celle de nos confrères virils, en termes de personnalité influente, tu t’es fait doubler. Mais nous, même pour 1 million de dollars baby, on n’adoptera pas ça. Nahaaa …

unnamed

2. Les chevilles fragiles

basket-ho

-26° en antarctique parisien et on voit fleurir les pantalons retroussés sur toute la blogosphère. Mais qu’est-ce que c’est que ça ? Le Championnat de la grippe saisonnière ? La traversée du Lac Rose ? Non, juste la mode. Cachez-moi ces chevilles que je ne saurai voir et ménagez votre santé pardi !

3. Les faux cheveux blancs

blanc

« Let it go » voilà ce que l’on a envie de dire à cette foutue Reine des neiges ! Impossible de prononcer les mots « libéré » ou « délivré » sans entendre le prélude niaiseux du piano Disney. Mais ce n’est pas tout ! Si les petites filles de huit ans soudoient leurs parents pour se pavaner dans un costume d’Elsa à 80€, les filles qui en ont quinze de plus se teignent désormais les cheveux en blancs ! Et même si c’est joli, quand on sait qu’on passera sûrement cinquante ans de notre vie à vouloir dissimuler les vrais, on se dit que les cheveux couleurs neige, finalement, on peut attendre pour les avoir.

giphy.gif

4. Les UGG

Chaque année, on espère que la malédiction va s’arrêter. Pourtant, elles perdurent, par-delà les âges, par-delà les frontières … Les UGG mesdames et messieurs ! Infinies, informes, infâmes, les Inuits ont de quoi se retourner dans leur igloo.

pff

5. JUL

Julien Marie pour les intimes, « Djoule » pour les connaisseurs, JUL est le « rappeur » marseillais de l’année 2016 dont on n’a pas le droit de se moquer ! Car rappelons-le, il s’est fait tout seul (même si l’on est intimement persuadé que le vocodeur l’a bien aidé). Romantique dans l’âme, le « rappeur » qui nous susurrait à l’oreille : « te déshabille pas j’vais t’violer » se transforme en canard inoffensif sur son dernier album OVNI, presque aussi mims que la B.O d’Aladdin. Mais à nous, on nous la fait pas !

6. La licorne mania

Les chaussons licornes, les bijoux licornes, la combinaison licorne, les cheveux licornes, le vomi licorne, le caca licorne : c’est grave docteur ? En 2017, les derniers licornophiles seront priés d’aller consulter, merci.

fluffy

7. Les filtres

chien.gif

On ose croire que 2017 signera le divorce entre les filtres snapchat et les selfies qui se veulent sexy. Car personne n’est vraiment sexy avec un museau de chien et les oreilles de Télé Z. Et puis franchement, à quoi elle sert cette couronne de fleurs si ce n’est à nous rappeler que sans, on est moches ?

8. Le healthy mood

super-woman

Non, nous n’avons pas envie de manger des flocons d’avoine au petit-déjeuner et des graines de tournesol le midi. Nous ne téléchargerons pas cette appli qui compte nos pas et nous n’achèterons pas ces écouteurs bluetooth qui prennent notre pouls car on s’en fout, on ne courra pas.

9. Les trous

En 2017, on aimerait pouvoir acheter des jeans, pas des trous de mites auréolés de particules de denim.

jean

10. Les Stan Smith vertes

85b0de82-9a8c-480a-a4f9-7dc77d3da1a4

Halte à l’attaque des clones ! Maintenant que 90% de la planète les possède, on va peut-être cesser d’acheter ce modèle-là …

Mossane Sarr

Publicités

Pour une réhabilitation du pull moche en 2017

2016 touche bientôt à sa fin et, on ne va pas se mentir, ça a été une bonne grosse année de merde. Entre les guerres interminables, la Méditerranée en passe de devenir la mer où l’on pêche plus de cadavres que de poissons et l’élection d’un serial-tweeter à méchasse à la Maison Blanche, j’ai légèrement perdu foi en l’humanité. Je vous aurais bien dit « essayons de trouver un peu de réconfort dans la culture et les joyeux divertissements » mais la véritable hécatombe qui sévit depuis le début de l’année chez les artistes (attention, 2016 c’est pas fini) et l’omniprésence de « Baba » dans le tube cathodique ne sont pas des plus réjouissantes.

xanax

Bref, on nous avait vendu 2016 comme « l’année de la baise » mais visiblement il y a eu un petit problème sur la marchandise. Alors à défaut d’obtenir un quelconque remboursement ou retour sur investissement à la fois physique et psychique, j’ai décidé d’employer les quelques jours qui me séparent de la nouvelle année à la défense d’une cause personnelle qui m’est chère: la réhabilitation du pull moche. Du pull de Noël bien kitschouille à la star du dressing de maman dans les 1980’s, petit florilège des raisons pour lesquelles 2017 sera l’année du retour du « ugly sweater ».

1. C’est pas cher et écolo

Autant se le dire tout de suite les vrais-faux pulls moches vendus sur Asos et consorts, c’est de l’arnaque. Le vrai pull moche se trouve en friperie, et pour moins de 10€. De quoi ravir les adeptes de la décroissance et tenir son banquier éloigné.

pull-noel

2. C’est la grande tendance du « hygge »

Le hygge (à prononcer « hu-gueu »), c’est la recette du bonheur made in Danemark dont tout le monde parle. Alors on va se calmer tout de suite, les danois n’ont pas inventé le fil à couper le beurre. Profiter de l’instant présent avec ses potes autour du feu avec un chocolat chaud n’a rien de révolutionnaire (et ça marche aussi avec une Goudale de Noël), mais cela reste l’excuse parfaite pour ressortir un gros pull bien moche ultra cosy.

http://mouhtains.tumblr.com/post/154127977399/face-buried-in-a-mug-frost-covering-the-windows/embed

3. C’est le retour de Twin Peaks

« See you in 25 years » avait déclaré Laura Palmer à Dale Cooper. Preuve en est que David Lynch tient ses promesses puisque 2017 est l’année du grand retour de notre Special Agent préféré et de… Lucy – la secrétaire la plus cool du monde – et de ses pulls au goût parfois douteux.

twin-peaks

4. C’est bientôt Noël

Qui aurait besoin d’une meilleure excuse, sérieusement ? Noël est LA saison par excellence du pull moche totalement assumé. Grelots, empiècements en relief, imprimés WTF… ON OSE TOUT, peu importe son âge ou sa profession. Le pull de Noël rapproche, fédère, la preuve en image.

decouvrez-kate-will-harry-et-la-reine-en-pull-de-noel
© Madame Tussauds / Instagram

 

5. C’est un acte de résistance

Le pull moche des années 1980 a rapidement été dressé comme étendard du hipster et autres bobos, qui s’attirent souvent les foudres de l’opinion publique. Mais comme dirait la talentueuse Solange Te Parle, « Je suis bobo et je vous emmerde ».  Il est grand temps de mettre un terme au bobo bashing ambiant en assumant pleinement son amour pour le réseau Biocoop et le cinéma de Xavier Dolan qui offre, parfois, des orgies de mailles aussi farfelues que jouissives. 2017 sera l’année du pull moche ou ne sera pas.

Inès Boittiaux